Nous sommes en plein hiver et dans certaines régions de France, il fait très froid. Avez-vous pensé à vérifier le fonctionnement de votre système de chauffage avant la période hivernale. Pour les moins avertis d’entre nous, voici quelques conseils pour éviter de grelotter trop longtemps.

Comment prévoir une panne ?

Il faut savoir détecter les signes avant-coureurs, ce qui permet d’anticiper les problèmes, voire de les résoudre par soi-même.

Une chaudière a besoin de combustible pour fonctionner : électricité, gaz, fioul, bois… N’hésitez pas à tendre l’oreille du côté de votre chaudière, en effet des bruits inhabituels sont les symptômes un possible dysfonctionnement à venir. Un tirage trop faible ou trop fort de la chaudière pourra provoquer des défaillances, voire l’apparition de fumées.

Prenez le temps de vérifier si les branchements sont corrects. Dans le cas d’une chaudière électrique, la tension dans le réseau électrique peut être défaillante, les câbles endommagés, les moteurs, interrupteurs, fusibles ou disjoncteur hors service. Il y a parfois tout simplement des faux contacts qui gênent le bon fonctionnement de la chaudière.

Le plus efficace est de faire plusieurs tests qui vous permettront de détecter où se situe le problème. La bonne commutation ! Mais c’est quoi ? Pas de panique : il faut tout simplement appuyer sur l’interrupteur de commande pour mettre le chauffage en position marche.

Les chaudières à eau sont équipées d’un circulateur qui tourne pour produire de l’eau chaude. Or pendant les périodes printanières et estivales, il ne fonctionnera pas, ce qui provoquera son oxydation et un blocage par la même occasion. Pour empêcher cet incident, il suffit de faire tourner le circulateur une fois par mois en programmant la température des thermostats plus élevée que la température ambiante. Ce qui aura pour conséquence d’activer la chaudière en faisant tourner de l’eau chaude dans le circuit de chauffage via le circulateur.

En cas de blocage du circulateur, munissez-vous d’un tournevis pour dévisser les vis situées sur le circulateur. Il faudra ensuite réactiver la petite roue dentée située à l’intérieur du circulateur. Au préalable n’oubliez pas d’enfiler une paire de gants pour éviter les brûlures.

Une trop grande ébullition de l’eau dans le ballon de la chaudière peut aussi engendrer des problèmes, et faire le bon réglage sera nécessaire pour éviter la surchauffe. Le phénomène contraire peut aussi se produire, à savoir un défaut d’alimentation en eau.

Désencrasser les chaudières au gaz, au fioul ou au bois

Un défaut d’alimentation ou une mauvaise qualité du combustible, qu’il soit du gaz propane, du fioul ou du bois sont fréquemment à l’origine d’un fonctionnement défaillant de la chaudière.

Assurez-vous que le combustible approprié soit en quantité suffisante dans la cuve ou le réservoir pour que la combustion soit correcte. Vérifiez les évacuations (entrée/sortie) qui s’encrassent au fil des ans et procédez à un entretien régulier.

Profitez-en pour vérifier le clapet d’allumage, les joints, le condensateur de la chaudière. Tous ces éléments sont victimes d’usure, d’encrassement et provoqueront à la longue des fuites dans la tuyauterie. Un ventilateur défectueux dont les ailettes sont déformées ou la roue encrassée aura pour conséquence de bloquer les échanges d’air et par là même un dysfonctionnement de la chaudière.

Encrassés, les capteurs ou brûleurs pourront tomber en panne, ce qui pourra entraîner une surchauffe, des arrêts intempestifs de la chaudière, des détonations ou encore une panne totale du système de chauffage suite à une défaillance des thermostats d’ambiance ou une programmation inopérante (dans ce cas, vérifiez les piles, la température de consigne, l’heure de l’horloge).

Les odeurs inquiétantes de chaud, de gaz ou de fioul

En cas de non fonctionnement du brûleur, procédez à la vérification des éléments suivants : les fusibles, le disjoncteur, le boîtier de commande (sécurité), le transformateur, le condensateur, le moteur, la pompe, le filtre de la pompe, les raccords de l’alimentation.

Il faut couper impérativement l’alimentation pour éviter les brûlures avant d’ouvrir la porte du brûleur ou le démonter. Les arrivées d’air ne doivent pas être bouchées, sinon le combustible ne pourra pas arriver jusqu’au brûleur. Oxydation et encrassage des électrodes ou de la cellule photoélectrique sont aussi fatals au bon fonctionnement de la chaudière.

Intervention de notre équipe dans un logement de Saint-Ouen en Seine Saint-Denis, boulevard Victor Hugo, proche du quai de Seine

En effet, l’Atelier Belmard Bâtiment a été contacté par une famille frigorifiée car les radiateurs de l’appartement restent désespérément froids. Un plombier expert s’est rendu sur place pour les dépanner en urgence le jour de noël !

chauffage
Des radiateurs chauds en hiver, c’est primordial !

Après avoir fait le tour des différentes pièces de l’appartement, notre plombier a constaté que les radiateurs fonctionnant à l’eau avaient tout simplement besoin d’être purgés. Les purgeurs se trouvent sur la partie haute des radiateurs. La purge des radiateurs nécessite l’emploi d’une clé spécifique appelée clé de purge.

Mais avant de purger les radiateurs, le technicien a vérifié le fonctionnement de la chaudière et plus particulièrement la pression de l’eau qui doit impérativement être comprise entre 1 et 1.5 bars et pour ce faire, il a utilisé un manomètre. Puis il s’est employé à purger les différents radiateurs de l’appartement les uns après les autres.

La purge consiste évacuer la présence d’air qui forme un bouchon dans le radiateur. Cette simple opération provoque la fuite de quelques gouttes d’eau, qu’il faut sécher avec un chiffon ou une grosse éponge ou bien placer un petit récipient en dessous le robinet purgé. Après chaque purge, le robinet doit être refermé.

Notre plombier a pris de temps d’expliquer la manipulation aux membres de la famille présents au moment de l’intervention pour leur permettre d’être autonomes les années suivantes.

Après avoir purgé l’ensemble des radiateurs du logement, notre technicien a ouvert le robinet de remplissage pour faire monter la pression puis l’a refermé. La dernière manipulation a consisté à rallumer la chaudière.

Après avoir patienté de longues minutes, toute la famille a constaté avec bonheur que les radiateurs recommençaient à chauffer. Notre plombier avait accompli sa mission avec succès.