Vous avez décidé d’investir dans l’immobilier et venez d’acquérir une vieille bâtisse à la campagne. Mais les sols sont en piteux état et il faudra les rénover complètement. Aujourd’hui on parle du carrelage. Voici quelques conseils pour obtenir un résultat satisfaisant.

Faire un diagnostic des sols avant la rénovation

Les sols supportent un poids, notamment celui du mobilier, c’est la raison pour laquelle le choix du revêtement doit être adapté et suffisamment solide pour supporter le volume des meubles ou de l’électroménager qui seront déposés dans les pièces. Il faut aussi impérativement tester le degré d’humidité de l’habitation et prendre en compte la fréquentation des pièces afin d’envisager une rénovation de votre sol.

Le carrelage convient parfaitement pour toutes les surfaces, c’est donc un choix pertinent.

Le carrelage : marbre, ardoise, mosaïque, inox, ciment ou clipsable

Pour embellir harmonieusement les pièces de votre logement, faire le choix du carrelage est une excellente idée car non seulement les fabricants proposent un large panel avant autant de styles, de matières, de couleurs, de motifs et de formats qui vous donneront le vertige mais c’est aussi un revêtement solide et hygiénique dont l’entretien ne pose pas de difficultés particulières, un nettoyage à l’eau très chaude suffit.

Pour une durée de vie illimitée et moyennant un budget conséquent, le marbre peut se poser facilement dans n’importe quelle pièce de la maison.

C’est un dallage de luxe qui nécessite l’application d’un produit vitrifiant pour l’entretenir sur le long terme. Beaucoup plus abordable en termes de prix, le dallage en ardoise convient également à toutes les pièces, humides ou pas, il est solide et sa pose est très facile. Facile d’entretien, le carrelage en mosaïque offre de multiples possibilités avec toutes sortes de motifs, le prix étant en fonction de la complexité. On le pose généralement dans la salle de bains, mais si vous en avez les moyens et surtout le temps, rien ne vous empêche de le poser dans d’autres pièces. Il faut savoir que le carrelage en mosaïque est plus long à poser que les autres carrelages.

Pour la cuisine, vous pouvez opter pour la pose d’un carrelage en inox, il est inusable mais son prix est élevé. Il ne nécessite pas d’entretien spécifique et se pose comme un carrelage traditionnel. Si vous disposez d’un budget plus limité, un carrelage en ciment fera très bien l’affaire. Peu onéreux, vous le posez facilement et rapidement dans n’importe quelle pièce de votre habitation. Autre possibilité : le carrelage que l’on peut clipser, c’est l’option la plus simple, la plus rapide et la moins chère, et que l’on peut appliquer aussi dans toutes les pièces.

La pose : ce qu’il faut faire

Même si la pose de carrelage n’est en soi pas très compliqué, il faut respecter quelques étapes élémentaires. Dans tous les cas, le support, c’est-à-dire le sol que vous allez carreler, doit être bien préparé, corrigé de ses défaut et la pose se fait impérativement sur un sol sec, propre, plan et solide.

Le calepinage pour éviter les erreurs

Une fois la préparation du sol effectuée, il faut procéder au calepinage qui consiste à calculer le nombre de carreaux nécessaires, mesurer précisément et définir un ordre de pose pour le carrelage, autrement dit, c’est un plan de pose. Cette étape indispensable vous facilitera grandement le travail. La réussite en sera l’aboutissement surtout si vous avez choisi un carrelage avec des motifs à agencer, c’est un peu comme un puzzle. Vous l’avez compris, il s’agit d’acheter la bonne quantité de carreaux à poser mais aussi de les acheter provenant d’un « bain » identique. Il faudra vous référer à la nuance chromatique notée sur l’emballage, de façon à limiter les écarts de teintes.

Pour éviter de vous tromper dans vos opérations, nous vous proposons de suivre la méthode suivante : en premier lieu, choisissez le sens et les motifs de pose du carrelage au sol. Il faut savoir que la pose droite, la plus simple et la plus fréquente convient parfaitement pour les surfaces à carreler de petite dimension et les carreaux de grands formats.

La pose en diagonale agrandit l’espace. Cependant, elle nécessitera beaucoup de coupes, par conséquent cela coûtera plus cher. Pour une pose vraiment décorative, vous ferez le choix de la pose en damiers, en chevrons, en cabochons. Dans votre calcul, ne négligez pas la taille des joints, évaluée à 5 mm minimum pour des carreaux de 600 x 600 millimètres, sans oublier une marge de 10 % pour les quelques carreaux que vous casserez, peut-être.

Organisation de la pose au sol

Avant de coller les carreaux, faites un carrelage au sol « à blanc », c’est-à-dire sans colle, pour ajuster les effets comme vous le désirez. Enfin sûrs de vous ! Vous pourrez donc démarrer le carrelage au sol au fond de la pièce ou au centre après avoir tracé des repères. Il est primordial de réserver les coupes aux endroits que l’on voit nettement moins, en l’occurrence près des plinthes ou occultées par du mobilier. Il est recommandé de faire le travail par petites zones d’un mètre de côté afin d’éviter que la colle ne sèche trop rapidement. Servez-vous d’un niveau à bulle pour vérifier aussi souvent que nécessaire la planéité du sol et l’équerrage avec une règle de maçon.

renovation appartement paris
Rénover son appartement: une étape importante.

Le mortier de ciment

Pour obtenir la parfaite planéité de votre surface, pas d’autre possibilité que le mortier de ciment, vendu prêt à l’emploi ou sous forme de poudre à délayer dans de l’eau. Son  épaisseur oscille entre 10 à 12 mm, tandis que la colle carrelage d’une épaisseur de 2 à 3 mm ne pourra pas combler les inégalités de votre support.

Quelques outils pour travailler ?

Mètre, crayon à mine grasse, cordeau à tracer, mortier-colle et récipient, du mortier à joint et récipient, truelle, spatule crantée, machine à couper le carrelage, tenailles, pince à rogner, grille abrasive, raclette en caoutchouc, éponge, chiffon, niveau à bulle et règle de maçon et gants.

Nous parlerons plus en détail des colles carrelage dans un prochain article.