Connaissez-vous les secrets de la plomberie ? Votre plombier vous explique, dans cet article, l’histoire du métier de plombier et de la plomberie. Amateur d’histoire avec un grand H, bonne lecture.

Les origines de la plomberie

La plomberie, dont le nom vient du latin « plumbum » ou « plomb » c’est avant tout la gestion de l’eau, c’est-à-dire son acheminement, son évacuation, son assainissement. Au fil des siècles, et à travers le monde, plusieurs civilisations comme les Romains, les Babyloniens, les Sumériens, les Incas ou encore les Chinois, bien longtemps avant notre ère, ont su inventer et échafauder des systèmes d’irrigation ingénieux et complexes pour pratiquer l’agriculture et pourvoir aux usages domestiques.

Pour transporter l’eau d’un endroit à un autre sur plusieurs kilomètres de distance, il faut un canal souterrain construit en pierres (tunnel) ou aérien (pont). C’est à ce moment-là que l’on inventa l’aqueduc (latin aquaeductus, conduit d’eau, de aqua, eau, et ducere, conduire). Le plus ancien serait celui d’Eupalinos, tunnel d’une longueur de 1036 m creusé dans l’île de Samos en Grèce, au 6ème siècle avant J.C. Certains aqueducs, véritables ouvrages d’art, dont les parties aériennes constituées d’arches majestueuses sur trois niveaux sont spectaculaires. L’aqueduc permet de raccourcir le trajet de l’eau, en traversant les vallons sans être obligé de suivre les versants et d’alimenter une agglomération en eau saine par l’intermédiaire de fontaines et de bains publiques (les thermes).

La culture en terrasse pratiquée par entre autres par les Incas et les Chinois consiste à cultiver un terrain en pente découpé en paliers juxtaposés et limités par des murets de pierres sèches ou maçonnées. Cette technique agricole permet de faciliter l’écoulement des eaux de ruissellement, leur infiltration dans le sol ou d’irriguer la terre par inondation.

Les inventions de plomberie de l’époque :

Les égyptiens ont inventé une pompe manuelle équipée d’une perche et d’un récipient permettant d’irriguer les cultures par les fossés. Archimède, mathématicien de Syracuse né au 3ème siècle avant J.C., se serait inspiré de cette technique pour créer la vis sans fin, permettant de remonter l’eau (le nom de vis d’Archimède est toujours utilisé aujourd’hui).

Les égouts et les sanitaires fonctionnant à l’eau existent depuis fort longtemps, puisque les plus anciens dateraient de 2 500 avant J.C. et seraient construits par la civilisation de la vallée de l’Indus (Pakistan actuel), en Égypte et en Chine anciennes. Les ancêtres s’y connaissaient probablement aussi en dégorgement canalisation.

Sans oublier les puits à eau puisés à l’aide d’une pompe ou d’un seau, dont les plus anciens ont été découverts en Israël et à Chypre datant du 9ème siècle avant J.C.

Jusqu’au début 19ème siècle le fontainier avait la charge du transport et de la distribution de l’eau, assisté du plombier (travailleur du plomb) et du pompier (travailleur des pompes). Les installations, à l’instar des fontaines, sont publiques et communes. Puis les appartements et maisons seront équipés de WC (water closet) avec chasse d’eau (la première chasse d’eau fut créée en 1592 par John Harington en Angleterre) et de baignoires. S’ensuivirent les premières interventions pour déboucher un WC, rechercher une fuite d’eau et quelques années plus tard le recours à un professionnel pour la rénovation de salles de bain.

Pour en savoir plus et si jamais vous vous rendez aux États-Unis, vous pouvez toujours faire une escale à Watertown, près de Boston, pour visiter le plumbing museum dédié à l’histoire de la plomberie.

Rappelons toutefois que de nombreux pays aujourd’hui n’ont pas accès à l’eau potable et ne possèdent pas d’infrastructures pour acheminer ou évacuer l’eau.