Composition du verreNotre vitrier répond à votre question: de quoi se compose le verre ?

Aussi curieux que cela puisse paraître, la matière première du verre est le sable et plus exactement, de la silice fondue. Pour obtenir le rendu que nous connaissons tous, il doit être chauffé à très haute température, avoisinant ainsi les 1750°C : une des températures les plus élevées dans l’industrie.

Le verre pur est très rare. Il est souvent mélangé avec de la soude, de la potasse ou de la chaux afin de faire baisser la température de liquéfaction. Les différentes matières sont ensuite diluées à de l’eau et du calcin en fonction de la qualité de verre souhaitée. La plupart du temps, la composition est enfournée à 1550°C en moyenne.

Pour arriver au résultat final et pour obtenir des matériaux clairs, il est coulé sur une plaque d’étain en fusion. Ainsi étiré, il se consolide au fur et à mesure que la température diminue.

Quels sont les différents types de verres qui existent ?

Si les matériaux composant le verre sont sensiblement la même pour les types existants Les proportions et les procédés de fabrication diffèrent par contre en fonction des qualités recherchées. Zoom sur les types de verres que vous trouverez chez le vitrier.

Le verre trempé

Le verre trempé fait partie des verres de sécurité. Il résiste 5 fois mieux au choc comparé au verre classique. Sa capacité à résister aux chocs tient au procédé de fabrication utilisé. Il est d’abord chauffé entre 600 et 700°C. Le fabricant lui donne la forme et la taille voulues, puis il est refroidi rapidement.
Une fois le traitement thermique achevé, le verre trempé ne peut plus être transformé ni être découpé. Les différences de températures associées au délai très court entre la chauffe et le refroidissement permettent au verre trempé de supporter les contraintes mécaniques et thermiques. Il se fragmentera en petits morceaux lorsqu’il est soumis à un impact vraiment violent. Les bris sont non coupants réduisant les risques de blessure.

Le verre feuilleté

Tout comme le verre trempé, le verre feuilleté est connu pour sa haute résistance au choc, à la différence qu’il se fissure en étoile lorsqu’il atteint son seuil de rupture. Le verre feuilleté est composé de deux ou trois feuilles de verre intercalées de films en polybutyral de vinyle ou PVB. Il s’agit d’une matière plastique élastique qui retient les bris de verre ensemble quand le vitrage se casse.
Sur certains verres feuilletés, le film plastique est remplacé par du gel intumescent. Ils sont prévus pour résister à la fois aux chocs et à la chaleur. En cas d’incendie, le gel s’épaissit pour limiter la propagation de la chaleur.

Le vitrage anti-effraction

Le verre anti-effraction est fabriqué sur le même principe qu’un vitrage feuilleté. Il est difficile à percer et résiste mieux à la pression. Il est conçu pour dissuader les intrusions. Le temps de résistance à une effraction varie en fonction de la qualité du verre. Les types de verre anti-effraction sont classés par catégories croissantes allant de P1 A à P5 A. Les vitrages P1 A sont prévus pour supporter uniquement les jets de petits objets. Un double vitrage feuilleté résiste jusqu’à 3mn, alors qu’un vitrage classique (simple et double) tient à peine 30 secondes. Il faut compter 6 minutes environ pour transpercer un vitrage retardataire d’effraction.

Le vitrage thermique

Il s’agit d’un double ou un triple vitrage séparé par de l’air. La lame d’air mesure en général 16 mm pour réduire les variations de température dans la maison. Plus de nombre de feuilles de verre est élevé, mieux le vitrage thermique isole le bâtiment. Les vitrages à isolation renforcée ou VIR présentent la meilleure performance. Au lieu d’un coussin d’air, les feuilles de verre sont séparés par un gaz : l’argon, qui est connu pour ses qualités isolantes.

Le vitrage phonique

Un vitrage phonique est réalisé comme un vitrage feuilleté, mais avec des feuilles de verre de différentes épaisseurs. Il existe des doubles et des triples vitrages phoniques. Ce type de vitrage assure une isolation phonique et acoustique de la maison. Il est généralement conseillé de faire installer un triple vitrage avec feuilles de 10, 6 et 4 mm dans les zones les plus animées. La vitre la plus épaisse sera placée côté extérieur.
Les vitrages « innovants »

Certains types de vitrage sont conçus pour répondre à un besoin spécifique en matière de décoration ou de performance. Se déclinant dans différentes structures et clartés, le vitrage ornemental permet de jouer sur la diffusion de lumière. Les vitrages auto-réfléchissants, calfeutrants et chauffants contribuent à l’isolation de la maison.
Un vitrage chauffant bénéficie notamment d’une couche de particules métalliques microscopiques qui émet un rayonnement de chaleur dans la pièce. Les vitrages solaires comprennent des capteurs solaires destinés à chauffer l’eau sanitaire. Pour ne plus avoir à laver ses vitres ou pour des fenêtres difficiles d’accès, il y a les vitrages auto-nettoyants. Ils reçoivent un traitement hydrophile et de photocatalyse (contre l’eau et le soleil) pour les maintenir propres durablement.

Connaissez-vous la spécificité du verre incassable ?

Il ne se casse pas en cas de choc comme on pourrait le croire ou le voir sur un composant classique. En cas de choc, il se comprime et il garde sa forme initiale. Pour avoir un verre à l’épreuve de cette pression, il suffit d’utiliser la technique dite  » trempe « . Il subit un petit choc thermique lors de sa fabrication, il passe de 600 à 300°C très rapidement grâce à un souffle d’air froid. De cette manière, il devient 5 fois plus résistant qu’un verre ordinaire.